CI GIT

LE CORPS DE

Louis-Isidore

BOUCHE

Curé de Jouy-sous-Thelle de 1853 à 1888.

Regretté des pauvres.

Voici ce que l’on peut encore lire sur une des tombes à l’entrée du cimetière depuis plus de 120 ans mais pour combien de temps encore? Voici que la bêtise de notre 1er magistrat actuel l’atteint lui aussi! L’illustre homme qui aurait tant aimé pouvoir se reposer en paix pour l’éternité, lui qui c’est dévoué en son temps pour le bien des habitants de Jouy-sous-thelle, lui qui fut regretté de tous à sa disparition, lui qui a tant fait pour Jouy et qui a laissé une œuvre posthume sur l’histoire de notre village. Sa mémoire reste par ce manuscrit et ses actes attachés à notre commune et son histoire dont il fait désormais parti intégrante, le devoir de mémoire de Jouy-sous-Thelle est de respecter sa dernière demeure que l’on veut lui reprendre aujourd’hui. Avec lui, bon nombre des tombes ont ainsi été gratifiés d’un petit panneau… ainsi on trouve bon nombre des familles anciennes de Jouy ainsi qu’un ancien Maire du village… Les restes de l’ancien cimetière qui furent rassemblés dans une sépulture après sa suppression autour de l’église au 19e siècle sont aussi concernés!!! Honte à celui ou ceux qui veulent ne pas laisser reposer en paix les défunts… honte à ceux qui ne respectent pas leurs mémoires !!!

 IN TERRA OBLIVIONIS : Dans la terre de l’oubli.

Voici pour la mémoire collective des extraits de la notice historique de Jouy-sous-thelle concernant l’Abbé Bouché.

Cliquez ici pour lire la suite