En ces jours de disette ou chacun doit faire attention à son budget rien de mieux que de trouver un mécène pour financer ses projets personnels. Facile quand ce financement est à porté de main et que malgré l’épée de Damoclès pour prise illégal d’intérêt l’acquiescement municipal est acquis. Voici donc ce scénario digne d’un mauvais film se dérouler sous nos yeux ébahies pour certains et fermés depuis un moment pour d’autres. L’audace et les méthodes ne m’étonne plus venant de cet élite dont le passif m’en est témoin.

Nous avons tous reçu dans nos boites aux lettres un document intéressant ou deux Jovaciens ont été envoyés devant la justice à l’automne dernier. Évidemment le résultat est contrariant pour l’accusateur qui malgré des témoignages fournis litigieux se retrouve débouté. Mais silence à la population sur le sujet jusqu’à ce mardi 5 juin ou les choses ont été divulgués publiquement. La méthode est classique et rien de mieux maintenant qu’une série de mensonge supplémentaire pour tenter de se disculper de cette affaire ou bien sur les tords sont aux relaxés dixit l’accusateur. J’ai entendu lors de mon parcours sur la brocante de ce dimanche de nombreux propos qui ont éclairés encore plus mon avis sur cette élite ainsi que ce genre d’affaire et assisté à bien d’autres choses tout aussi pittoresque qui n’aurait pas faire rire un non-initié.

Tiens dans la série distribution instructive un autre document dans mon courrier avec un point de situation sur le départ de la commune vers des cieux communautaires censés plus clément. Que de surprise en parcourant ce document ou nous apprenons cela ne se déroule pas si bien que cela n’aurait du être. Passer son silence des éléments si important par notre élite plus préoccupé par la possibilité de construire que par les intérêts communal me semble t-il. D’où probablement une communication inexistante?

A suivre