Nos ainés ont du recevoir il y a quelques jours une belle invitation du CCAS (centre communal d’action social) pour se rendre à une soirée cabaret le 8 juin prochain (sans le prix pour ceux qui ne remplissent pas les conditions: conjoint(e) n’ayant pas plus de 65ans). Mais la surprise fut celle d’un couple inscrit et qui reçu un retour négatif. Après un échange téléphonique avec notre premier magistrat qui est aussi le président du CCAS ils ont appris des raisons peu orthodoxes “pas sélectionné” avec en prime “vous ne me dites pas bonjour” et “vous me critiquez lors de vos réunions familiales” (fausses accusations bien évidements). Si les arguments verbaux décrits sont dignes d’une cour de maternelle ils reflètent bien ce clientélisme qui c’est instauré avec les deux mandats que nous venons de passer. Lors de la dernière réunion du conseil municipal de ce vendredi 15 mars des explications ont été demandées entre les différentes parties et comme d’habitude nous avons eu affaire au comportement habituel méprisant et à des réponses évasives n’apportant rien mais confirmant bien la cour maternelle. Nous avons appris en prime que tous nos ainés n’ont pas reçu d’invitation confirmant là aussi ce clientélisme. Le premier magistrat n’est-il pas celui de l’ensemble des habitants?. Il semble bien que non ou cela dépend de la situation. Mais cela ne s’arrête pas là malheureusement, fin 2017 nos ainés avaient reçu du CCAS un sondage écrit Voir ICI apparemment pour des contraintes budgétaires il fallait faire un choix entre un colis de fin d’année pour chaque personne concernée, un repas. Le choix donné gagnant confirmait le colis (dont nous ne commenterons pas le contenu) et la suppression du repas annuel. Malgré ses arguments qui auraient pu être justifiés en ces temps de disette le lundi 19 novembre 2018 une sortie au SENAT a été organisée et payée par le CCAS avec un bon repas le midi! Mais qui a été invité?. Invitations privées clientélisme et choix des heureux participants par….. et oui là aussi devinez!. Le voyage fut agrémenté de propos électoralisme visant les élus de l’opposition. Au final le contribuable paye encore une fois les excès.

* Le terme clientélisme est utilisé de manière péjorative par ceux qui veulent le dénoncer. Il s’apparente à la démagogie, lorsqu’il s’agit, par exemple, de favoriser une partie de la population dans le but d’obtenir ses suffrages.