Header image alt text

LECHOJOVACIEN

Le journal de Jouy sous Thelle

Clientelisme*

Ecrit par Jovacien le 17 mars 2019
Dans Informations  | 5 Commentaires

Nos ainés ont du recevoir il y a quelques jours une belle invitation du CCAS (centre communal d’action social) pour se rendre à une soirée cabaret le 8 juin prochain (sans le prix pour ceux qui ne remplissent pas les conditions: conjoint(e) n’ayant pas plus de 65ans). Mais la surprise fut celle d’un couple inscrit et qui reçu un retour négatif. Après un échange téléphonique avec notre premier magistrat qui est aussi le président du CCAS ils ont appris des raisons peu orthodoxes “pas sélectionné” avec en prime “vous ne me dites pas bonjour” et “vous me critiquez lors de vos réunions familiales” (fausses accusations bien évidements). Si les arguments verbaux décrits sont dignes d’une cour de maternelle ils reflètent bien ce clientélisme qui c’est instauré avec les deux mandats que nous venons de passer. Lors de la dernière réunion du conseil municipal de ce vendredi 15 mars des explications ont été demandées entre les différentes parties et comme d’habitude nous avons eu affaire au comportement habituel méprisant et à des réponses évasives n’apportant rien mais confirmant bien la cour maternelle. Nous avons appris en prime que tous nos ainés n’ont pas reçu d’invitation confirmant là aussi ce clientélisme. Le premier magistrat n’est-il pas celui de l’ensemble des habitants?. Il semble bien que non ou cela dépend de la situation. Mais cela ne s’arrête pas là malheureusement, fin 2017 nos ainés avaient reçu du CCAS un sondage écrit Voir ICI apparemment pour des contraintes budgétaires il fallait faire un choix entre un colis de fin d’année pour chaque personne concernée, un repas. Le choix donné gagnant confirmait le colis (dont nous ne commenterons pas le contenu) et la suppression du repas annuel. Malgré ses arguments qui auraient pu être justifiés en ces temps de disette le lundi 19 novembre 2018 une sortie au SENAT a été organisée et payée par le CCAS avec un bon repas le midi! Mais qui a été invité?. Invitations privées clientélisme et choix des heureux participants par….. et oui là aussi devinez!. Le voyage fut agrémenté de propos électoralisme visant les élus de l’opposition. Au final le contribuable paye encore une fois les excès.

* Le terme clientélisme est utilisé de manière péjorative par ceux qui veulent le dénoncer. Il s’apparente à la démagogie, lorsqu’il s’agit, par exemple, de favoriser une partie de la population dans le but d’obtenir ses suffrages.

Meilleurs Voeux

Ecrit par TEMPLIER le 31 décembre 2018
Dans Informations  | Pas de Commentaires, Laissez un commentaire

2018…

Ecrit par Jovacien le 31 décembre 2018
Dans billet d'humeurInformations  | 3 Commentaires

L’année 2018 fut une année assez riche en rebondissement par la teneur des éléments qui ont été évoquées ici et là. Loin de toutes l’affaire la plus poignante fut celle concernant le fameux terrain de notre 1er magistrat devenu constructible. Les arguments décrits lors des réunions publiques du conseil municipal étaient la “construction pour agrandir la société” bien évidement alors que le certificat d’urbanisme est délivré cette parcelle est maintenant à vendre!. L’opération désormais ressemble plus à un acte spéculateur qu’a son objectif premier qui fut l’agrémentation des séances houleuses auxquelles nous avons assistés. Si maintenant cette vente est bien officielle un élément bien révélateur supplémentaire nous informe que la commune prendra à sa charge l’aménagement de la voirie de ce chemin rural baptisé rue de l’ancienne gare par les instigateurs et bien évidement sans l’approbation de la majorité du conseil municipal qui elle semble bien peu regardante dans son ensemble.

Toute l’équipe de L’ECHOJOVACIEN vous souhaite de bonne Fêtes de fin d’année

La chronique de Jean Valjuan

Ecrit par Jean Valjuan le 3 décembre 2018
Dans Informations  | 4 Commentaires

Si j’avais le temps je peindrai le ciel en bleu afin de te faire oublier l’automne, le principe de cette maxime est utilisé par notre édile depuis pas mal de temps. Si malheureusement le ciel n’est pas très bleu en cette période pré hivernale il n’en demeure pas moins que l’on pourrait tenté de nous faire croire qu’il soit permanent en notre commune. Une nouvelle réunion de conseil municipal remise faute de quorum ce 30 novembre est un bel exemple. Parlons aussi de la visite du sénateur Edouard Courtial et du conseiller départemental Alain Lettellier le 15 octobre dernier ou l’ensemble des élus n’ont pas été invités et elle est passée inaperçu. Il est a se demander pourquoi un groupe restreint de la majorité municipale ont été eux conviés si ce n’est que l’on a probablement des choses secrètes à garder. Démocratie quand tu nous tiens par preuve en soit sur les comptes rendus municipaux ainsi qu’internet et rien y figure. Aurait-on des choses à cacher aux Jovaciens?. Ces visiteurs ont d’ailleurs visités les travaux de notre bâtiment communal qui deviendra bientôt la maison commune à la démesure du plan de finance que l’on a toujours du mal à chiffrer officiellement et que l’on a jusqu’à maintenant omis de nous communiquer. Omis aussi la motivation d’un tel investissement que nous aurions du différer car tant de chose sont encore à faire en priorité. Je ne doute pas une seconde que dans les prochains mois les promesses vont ainsi combler les attentes qui n’ont pas été réalisées et ne le seront peut être jamais au regard des 10 ans qui viennent de passer. La liste serait ainsi très longue et il me plait à penser que cela est bien évidement la faute a untel.

A suivre…

Mémoire

Ecrit par Administrateur le 12 novembre 2018
Dans Informations 

Très belle cérémonie au S.D.I.S 60 à Beauvais sous la présidence des autorités départementales. Une stèle a la mémoire des sapeurs-pompiers de l’Oise morts lors de la 1ère guerre mondiale a été dévoilée. Un Jovacien y figure décédé dans le département de la Marne le 30 septembre 1915.

 

 

 

 

 

Nicolas de Pellevé

Ecrit par Juliette le 18 octobre 2018
Dans Informations 

Il y a 500 ans naissait à Jouy le Cardinal de Pellevé. Commémoration de sa naissance qui aurait  due être au moins honoré par notre commune mais cela a du ne pas être jugé important et peu publicitaire. Au delà de la religion et de ses convictions, il reste une personne qui modestement à participer à l’histoire de France.

Il nous a laissé l’église actuelle qui est dans un style renaissance unique et ce qui reste du château. LECHOJOVACIEN retrace ici brièvement sa vie afin de commémorer le 500eme anniversaire de sa naissance.

Nicolás de Pellevé (Jouy, 18 octobre 1518 ; † Paris, 28 mars 1594) était archevêque, cardinal et homme politique français.

Il est né dans le château familial de Jouy-sous-Thelle , diocèse de Paris, le 18 octobre 1518. Il était le second fils de Charles de Pellevé, seigneur de Jouy, et de son épouse Hélène du Fay.

Il a termine ses études à l’ Université de Bourges, où il avait entrepris le droit et les écritures . Il était alors professeur public à cette université, devint ensuite avocat pour les enquêtes puis maître des requêtes à la cour française. Membre du Parlement de Paris, il devint membre du conseil privé du roi Henri II. Puis devint conseiller du département ecclésiastique, reçut le prieuré de Cornets, diocèse d’Avranches et devint plus tard abbé commendataire de Saint-Remi à Reims et abbé de Saint-Paul à Verdun.

Pris les ordres sacrés, reçu la tonsure cléricale à l’abbaye de Sts-Cornelius-et-Cyprien, dans le diocèse de Soissons. Il entra au service du cardinal de Lorraine-Guise, qui contribua à l’obtention de sa nomination comme évêque d’Amiens en 1552 par le roi Henri II. Cette même année, il obtient également la commanderie de l’abbaye de Saint-Corneille de Compiègne dans le même diocèse.

En 1559, il fut envoyé en Écosse avec d’autres médecins de la Sorbonne pour tenter de ramener le clergé écossais au catholicisme. La mission a également échoué en raison de l’intervention de la couronne anglaise qui a réussi à maintenir la région dans le luthéranisme.

En 1560, il fait construire le château de Liancourt (qui sera presque totalement détruit en 1830).

En 1562, en échange du diocèse d’Amiens, il obtient l’abbaye de Saint-Julien-des-Echelles, près de Tours , conservant en tout cas le titre d’évêque d’Amiens jusqu’au 18 mai 1564 . Il fut élevé archevêque de Sens le 16 décembre 1562. L’année suivante, il participa au Concile de Trente jusqu’à la conclusion des travaux. Ici, il s’est opposé aux tendances gallicanes de l’Église française. C’était alors à Orléans avec le cardinal Guise où se tenait l’assemblée du clergé, organisée pour examiner les décrets du concile de Trente.

Pie V le créa cardinal lors du consistoire du 17 mai 1570. À la mort de ceux-ci en 1572, il ne participa pas au conclave suivant qui vit l’élection du pape Grégoire XIII. Le 4 juillet de la même année, il reçoit le bonnet rouge avec le titre de saint Jean et de saint Paul. Il a été nommé préfet de la nouvelle congrégation des évêques et des réguliers. Il a ensuite opté pour le titre de Santa Prassede le 14 novembre 1584 . Il a participé au conclave de 1585 qui a élu Sixte V et celui de 1590 qui a élu Urban VII. La même année, il a également participé au conclave qui a élu Grégoire XIV.

Ses biens et revenus ont été confisqués en 1585 par Henry III lors de la construction de l’église puis redonnés mais elle ne fut pas achevée. Il avait invité quelques années avant un architecte italien afin de dessiner l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Jouy-sous-Thelle où reposent plusieurs membres de sa famille.

En 1585, il devint l’un des membres les plus influents de la Ligue Catholique et il fut l’un des 25 cardinaux à signer la bulle de Sixte V, excommuniant Henri de Navarre. Le 10 mai 1591, il est nommé archevêque de Reims, tout en conservant la régence de l’ancien archidiocèse. Il prit officiellement possession du nouveau bureau le 4 octobre 1592.

Il vécut pendant vingt ans au sein de la curie romaine où il se fit remarquer par son ultramontanisme, desservant à Rome la politique du roi Henri III. Il soutint activement la Ligue et vint même à Paris en 1592 pour soutenir l’élection d’un nouveau roi de France.

 Il fut encore à Rome pour le conclave de 1591 qui élit le pape Innocent IX et de nouveau en 1592 pour l’élection de Clément VIII. Nommé abbé de Notre-Dame du Thoronet à Fréjus, en 1593, il devint plus tard chef du conseil de la ligue catholique et président du clergé dans les états généraux de la ligue convoqués cette année-là à Paris.Le cardinal de Pellevé arriva en très mauvaise santé, au moment même où le roi Henri IV, le 22 mars 1594, faisait son entrée dans la ville et lui garantissait sa protection et tous les soins nécessaires.

Malgré ces attentions, le cardinal est décédé le lundi 28 mars de la même année rue du Figuier, dans l’hôtel des archevêques de Sens. Son corps fut enterré dans l’église des Célestins à Paris son cœur lui fut enterré dans l’église de Jouy, En 1598, son corps fut transféré à Reims et enterré dans la cathédrale. La révolution, puis la première guerre mondial n’ont pas épargné la sépulture du cardinal. Ce n’est qu’en 1933 qu’il fut mis dans replacé dans l’actuelle qui est encore visible dans la cathédrale de Reims.